Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Christie’s et Sotheby’s : Paris redémarre

[25/10/2019]

Le rendez-vous est traditionnel, bien ancré dans le calendrier des ventes parisiennes. Tous les ans, Christie’s et Sotheby’s profitent de l’attractivité de la Fiac auprès des collectionneurs internationaux pour organiser, la même semaine, leurs sessions d’Art Impressionniste et Moderne à Paris. Leurs catalogues de ventes y célèbrent l’influence de l’avant-garde française. Depuis quatre ans, Christie’s présente chaque année les meilleurs artistes du XXème siècle dans un catalogue consacré sous le titre « Paris avant-garde ». Des œuvres importantes de René Magritte, Max Ernst, Jean Dubuffet, Joan Miro, Dali, Picasso, Giacometti ont ainsi changé de propriétaires pour des prix compris entre 280 000 $ et 3,8m$ le 17 octobre. Mais le succès de cette session a surtout reposé sur une grande toile de Nicolas de Stael, dont la vente représente près de la moitié du résultat de cette vacation, et offre à Christie’s son meilleur chiffre d’affaires pour une vente réservée à l’avant-garde parisienne (près de 46,4 m€ contre un précédent record de 38,6m€ en 2017).

Le record de De Stael

La toile monumentale Parc des Princes (Les grands footballeurs) de Nicolas de Staël s’est en effet vendue pour plus de 22,2 m$ (20m€). Un résultat conforme aux attentes, qui permet de renouveler le sommet de l’artiste en supplantant Nu Debout de plus de 10m$ (12,1m$ le 17/05/2018 chez Christie’s NY). Inspirée d’un match France-Suède de 1952, la toile de 2,5 mètres sur 3 mètres apparaissait pour la première fois aux enchères. Il s’agit néanmoins d’une oeuvre bien identifiée pour avoir été exposée à la Fondation Pierre Gianadda en Suisse et au Centre Georges Pompidou à Paris, où elle figurait en couverture du catalogue. Cette vente réussie est un signal important sur le développement d’un marché parisien qui ambitionne de trouver un nouvel équilibre face à la prédominance de Londres.

Nicolas DE STAËL (1914-1955) – Progression chronologique des records

Record de Stael FR

Copyright Artprice.com

Les abstraits toujours très disputés

Le second résultat fort revient sans surprise à un remarquable Mousquetaire. Buste de Pablo Picasso, parti, dans son estimation, pour 3,8m$ et 06/02/89. Mais la vente a surtout confirmé une forte demande pour les grands abstraits actifs en France : des œuvres de Zao Wou-Ki, Serge Poliakoff, Maurice Estève, Hans Hartung et Pierre Soulages ont outrepassé les meilleures prévisions. Hartung et Soulages, surtout, se démarquent avec des œuvres importantes disputées au double de leurs estimations basses (T1948-43  de Hartung vendu plus de 1,1m$ et Peinture 81 x 60 cm, 17 juillet 1955 de Soulages plus de 1,3m$).
En revanche, chez Christie’s toujours, les œuvres phares annoncées pour la vente Art Moderne le lendemain, comme le bronze d’Auguste Rodin (Ève, petit modèle) et le Compotier de Pablo Picasso, n’ont finalement pas été les vedettes de cette session. C’est le paysage de Paul Signac : Les Andelys. Soleil couchant, Opus 135, adjugé à près de 1,3 m$ soit plus de trois fois son estimation basse, et un superbe Autoportrait nabi d’Émile Bernard martelé à 868 854$, qui remportent les meilleures adjudications du 18 octobre.

anto carte

Anto Carte (1886-1954) – Les musiciens aveugles, 1927

Succès et insuccès de Sotheby’s

L’une des plus belles œuvres du catalogue Modernités de Sotheby’s (le 16 octobre) est un exemple parmi les plus sophistiqués des Transparences de Francis Picabia. De qualité muséale, Médéa (c.1929) s’est envolée pour 2,9m$ contre une estimation comprise entre 1,6m$ et 2,2m$. Il s’agit du meilleur résultat français pour un dessin de l’artiste, dont les toiles les plus importantes sont disputées entre Paris, Londres et New York. Portée par la passionnante rétrospective du MoMA entre 2016 et 2017, la cote de Picabia est au beau fixe et le prix des œuvres continue de grimper (indice en hausse de + 522 % depuis 2000).

Parmi les plus belles acquisitions, Le cirque mauve de Marc Chagall est parti à plus de 3,8m$ (dans son estimation) et L’incorruptible de René Magritte a été adjugé 2,1m$, doublant son estimation basse. Après « Modernités », la vente Impressionniste et Moderne proposait un ensemble de neuf peintures du peintre belge Anto CARTE. Encore peu connu en France, l’artiste intéresse néanmoins de plus en plus les collectionneurs. Sotheby’s a d’ailleurs vendu une toile de Anto Carte au prix record de 580 000$ en mars 2019 à Paris (Le pain, 1921, Sotheby’s, 29/03/2019 ). Seules quatre des neuf toiles de l’artiste proposées le 17 octobre ont trouvé preneurs, dont Les musiciens aveugles, toile qui récolte le quatrième meilleur résultat de la vente à 277 500$, derrière La table dans la verdure, Gerberoy d’Henri Eugène le Sidaner (plus de 600 000$) et le Bouquet rose sur fond bleu de Marc Chagall (546 700$). Les collectionneurs, qui recherchent prioritairement les signatures les plus reconnues et les plus stables, manifestent leurs hésitations pour des œuvres plus confidentielles. Pas moins de 39 lots de la vente Paris impressionniste et moderne de Sotheby’s restent en effet sans résultats.

Après trois jours de vacations au cours desquels les plus grands noms ont été proposés à la vente, le verdict est sans appel face à l’éternel duel qui oppose Sotheby’s à Christie’s. Cette dernière surpasse sa rivale (en grande partie grâce au nouveau record de Nicolas De Stael) avec un résultat global de 65,4m$ pour ses deux ventes, contre 30,5m$ chez Sotheby’s.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK