Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Artistes de moins de 40 ans

[07/12/2012]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine : les dix plus belles enchères frappées cette année pour des artistes de moins de 40 ans .

Les résultats enregistrés jusqu’à présent pour l’année 2012 confirment la très bonne santé du marché de l’art et plus particulièrement du segment de l’art contemporain. Au centre des attentions, les valeurs dites sûres génèrent les plus belles enchères. Cette expression, dont les caractéristiques semblent aussi vastes qu’impalpables, s’avère être de plus en plus applicable à de jeunes artistes. Les investissements vont bon train sur ce marché refuge sur lequel sont maintenues ou créées les cotes d’artistes toujours plus jeunes. Actuellement nombre d’artistes de moins de 40 ans sont à l’origine d’enchères millionnaires. Souvenons-nous néanmoins qu’à cet âge Jeff KOONS n’avait pas vendu une seule œuvre au-dessus de 200 000 $ et Damien HIRST venait à peine de dépasser le million de dollars avec son installation Something Solid beneath the Surface of all Creatures Great and Small (vendue 1,05 m$ le 13 novembre 2003).

Quels artistes de moins de 40 ans ont, ces deniers mois, enregistré les plus belles enchères ?

Huit artistes, tous âgés entre 33 et 40 ans, se partagent les dix places de ce top. La zone Asie (Chine, Japon et Philippines) domine en s’accaparant quatre places. Elle est suivie de près par les trois places qu’occupent les Américains. Seul un artiste suisse vivant aux Etats-Unis, Urs Fischer, et un second issu de la zone Moyen-Orient, Ahmed Alsoudani, réalisent de belles percées aux première, troisième et huitième places. Urs Fischer est en tête de liste avec cette enchère millionnaire, suivi, à quelques centaines de milliers de dollars près, par le Chinois Cai Zhisong. Du côté des media ce sont les sculptures-installations qui remportent les plus belles enchères. Les peintures dominent néanmoins le classement puisqu’elles constituent pas moins de sept résultats. Les places de marché de Hong Kong, New York et Londres signent, elles, un bel ex-æquo en s’arrogeant trois résultats chacune.

Top 10 : Artistes de moins de 40 ans

Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Urs FISCHER 1100000$ Standing (2010) 08/05/2012 (Christie’s NEW YORK NY)
2 CAI Zhisong 946200$ Cloud in Venice (2011) 02/06/2012 (Poly International Auction Co.,Ltd ??)
3 Ahmed ALSOUDANI 710505$ Baghdad II (2008) 14/02/2012 (Christie’s LONDON)
4 JIA Aili 708400$ It’S Not Only You Who Is Pale (Tryptich) (2007) 02/04/2012 (Sotheby’s HONG KONG)
5 Tetsuya ISHIDA 694980$ Prisoner (c.1999) 19/05/2012 (United Asian Auctioneers HONG KONG)
6 Wade GUYTON 650000$ Untitled () 13/11/2012 (Sotheby’s NEW YORK NY)
7 Wade GUYTON 562030$ Untitled (2012) 13/10/2012 (Sotheby’s LONDON)
8 Urs FISCHER 544985$ Stalagmites of Love (2004) 26/06/2012 (Sotheby’s LONDON)
9 Sterling RUBY 520000$ “SP 17” (2008) 15/11/2012 (Phillips de Pury & Company NEW YORK NY)
10 Ronald VENTURA 516000$ The Dive (2010) 07/10/2012 (Sotheby’s HONG KONG)

 

Urs FISCHER domine ce Top grâce à deux œuvres respectivement classées aux première et huitième places et aux quelques 1,6 m$ cumulés par leurs adjudications. Seule enchère millionnaire de ce classement, c’est une de ses fameuses installations en cire, Standing, qui ouvre le bal en enregistrant 1,1 m$ (vente du 8 mai 2012 chez Chrisite’s New York), soit la deuxième plus belle enchère pour une œuvre d’Urs Fischer. Rien de bien étonnant pour l’artiste suisse, actuellement le plus cher du monde sur le segment des moins de 40 ans, dont les installations déroutantes aux matériaux insolites sont acclamées depuis une belle décennie. En plus d’avoir fait un joli tour du monde des institutions et événements incontournables, les œuvres d’Urs Fischer sont présentes et soutenues par les plus influentes collections. Son entrée en salles s’effectue plus récemment, en 2007 quand la sculpture en céramique Sigh, Sigh, Sherlock! s’échange d’emblée pour 10 000 $ chez Phillips de Pury & Company New York. Depuis, une quarantaine d’œuvres sont passées à l’encan, dont plus de la moitié au-dessus de 100 000 $ ! L’adjudication en 2010 d’une première installation en cire pour 900 000 $ Untiltled (Candle) chez Sotheby’s New York, le 9 novembre 2010) fait date et confirme l’envolée imminente de sa cote en rafraîchissant près de 8 fois sa plus belle vente d’alors (A Novel and a Novelist, adjugée 119 000 $ chez Christie’s Londres le 1er juillet 2009). Le 11 mai 2011, Christie’s New York enfonce le clou et signe une adjudication record à 6 m$ pour son ours en peluche géant coiffé d’un abat-jour, Untiltled (Lamp Bear). Il devient alors le plus jeune artiste à obtenir une adjudication au-dessus de 3 m$. Sur sa lancée, Urs Fischer fait depuis 2012 partie de l’écurie tant convoitée du mastodonte Gagosian et ses quelque 13 galeries réparties dans le monde entier.

L’installation Cloud in Venice du sculpteur chinois CAI Zhisong obtient la deuxième place de ce classement, 100 000 $ en dessous de Standing d’Urs Fischer. La présentation de ce nuage flottant à la 54ème Biennale de Venise à l’entrée du pavillon chinois n’est pas étrangère à l’engouement des acheteurs lors de sa mise en vente quelques mois plus tard. Après une longue bataille entre enchérisseurs, Cloud in Venice termine son ascension à plus de 940 000 $, soit le double de son estimation basse. Les dimensions imposantes de cette installation flottante (350 x 720 x 650 cm) invitent à la rêverie et permettent aux âmes curieuses de se mouvoir au cœur d’un nuage. Oeuvre poétique singulière elle est, depuis sont adjudication en juin 2012, le record de vente de l’artiste. Cai Zhisong signe son entrée aux enchères en 2005 avec le bronze Custom to Motherland No.1 : doublant d’emblée son estimation basse, elle trouve preneur à plus de 70 000 $ chez Sotheby’s Hong Kong, le 24 octobre. Depuis, les résultats de ventes pour ses sculptures en résine et fibre de verre oscillent entre 10 000 $ et 100 000 $.

Né à Bagdad en 1976, le peintre Ahmed ALSOUDANI est le seul représentant de la zone Moyen-Orient de ce Top. Il fuit son pays durant la première Guerre du Golfe pour éviter les représailles suite à la dégradation volontaire d’une affiche à l’effigie de Sadam Hussein. Depuis, il vit et travaille à New York où il produit des peintures marquées par le souvenir de la guerre. Ses œuvres s’invitent aux enchères depuis seulement deux ans à l’initiative de Sotheby’s Londres. Elles s’échangent de fait essentiellement sur la place de marché londonienne, trouvant majoritairement acquéreur au-delà de 100 000 $. C’est la technique mixte sur toile Baghdad II qui lui vaut la troisième place de ce classement grâce à son adjudication à 710 000 $ (Christie’s Londres, le 14 février).

Le benjamin du classement JIA Aili (1979) est le deuxième chinois présent dans ce top. Ce peintre, installé à Pékin, est considéré comme l’un des artistes montant de la scène chinoise. Le marché le lui rend bien puisque sur les six résultats à son actif, quatre d’entre eux ont été enregistrés au-dessus 79 000 $. Il entre en salles par la grande porte avec une première adjudication record à plus de 200 000 $ pour On the field of Hopes le le 5 avril 2010 chez Sotheby’s Hong Kong. Uniquement présent sur la place de marché asiatique, ses résultats sont frappés entre Pékin et Hong Kong. Ces dernier mois, il a signé une enchère record à plus de 708 000 $ chez Sotheby’s Hong Kong pour It’s Not Only You Who Is Pale.

Reconnu pour ses peintures surréalistes, le Japonais Tetsuya ISHIDA a été accidentellement tué par un train alors qu’il n’était âgé que de 31 ans. Après deux tentatives de vente stériles chez Christie’s Londres en 1998, ce n’est que post-mortem, en 2006, que le marché lui a finalement déroulé le tapis rouge avec l’adjudication à plus de 54 000 $ de l’acrylique sur carton Collection (Christie’s Hong Kong, le 26 novembre). Depuis la moindre œuvre s’échange au delà de 45 000 $. Jusqu’ici, l’huile sur toile Prisoner qui lui vaut la cinquième place de ce classement est aussi avec près de 695 000 $ son record en salles (United Asian Auctionneers Hong Kong).

Les vacations automnales de Londres à New York ont été de bon augure pour l’Américain Wade GUYTON. Elles sont d’ailleurs à l’origine des deux résultats présents dans ce top. Les deux œuvres sans titre, respectivement classées aux sixième et septième places, sont emblématiques de la technique singulière qui fait la renommée de l’artiste. Véritable star aux États-Unis, Wade Guyton a, depuis 2002, troqué son pinceau contre une imprimante à jet d’encre, ce qui lui a plutôt réussi. Les motifs et lettrages aux erreurs, coulures et autres défauts qui composent ses œuvres ont entre février 2011 et novembre 2012 enregistré onze adjudications entre 250 000 $ et 650 000 $ ! La toile qui lui vaut la sixième place de ce classement est le record de l’artiste grâce à son adjudication à 650 000 $, enregistrée à New York le 13 novembre 2012.

Un autre Américain, Sterling RUBY, accède à la neuvième place de ce classement grâce à l’adjudication à 550 000 $ de l’huile sur toile SP17. Enregistrée chez Phillips de Pury & Company en novembre 2012, ce résultat record est généré une fois de plus par les ventes d’art contemporain automnales. La cote de sa série Spectrum Ripper (d’où les initiales SP utilisées pour nommer ces toiles), dont est issue SP17, a définitivement le vent en poupe. Sur les huit résultats enregistrés à ce jour au dessus de 100 000 $, six correspondent à des toiles de cette série. Également très appréciées par les amateurs, ses sculptures Monument Stalagmite s’échangent entre 80 000 $ et 100 000 $. Depuis l’entrée en salles de ses premières pièces en 2007, les résultats de ventes de Ruby Sterling signent une ascension fulgurante, motivée par un CV à faire pâlir plus d’un artiste. Aussi pour acquérir une œuvre en salle, en dehors de ses séries phares, il faut aujourd’hui compter un budget moyen de 20 000 $.

A la dixième place de ce top, le peintre philippin Ronald VENTURA est le quatrème artiste originaire de la scène asiatique. Ses toiles s’échangent uniquement en Asie, entre Hong Kong et Singapour. Après une entrée en salles en 2007, la cote de Ronald Ventura n’a cessé de grimper jusqu’à atteindre en 2011 les 900 000 $ de son actuel record grâce à la monumentale Grayground (vente du 4 avril 2011 chez Sotheby’s Hong Kong). Ces derniers mois, il signe sa deuxième plus belle adjudication avec les 516 000 $ de l’huile sur toile Dive qui lui valent la dernière place de ce classement.

Il est difficile de se faire une place entre les Asiatiques et les Américains, tant ils semblent parfaitement maîtriser les rouages du marché. Les États-Unis, fournis en institutions incontournables et en collectionneurs influents, sont toujours un refuge privilégié pour des artistes ambitieux. Urs Fischer et Ahmed Alsoudani en ont d’ailleurs fait l’heureuse expérience : lorsqu’un Koons peinait, une quinzaine d’année plus tôt, à atteindre les 200 000 $, il fallait cette année enregistrer un résultat entre 500 000 $ et 1,1 m$ pour atteindre les dix plus belles enchères pour un artiste de moins de 40 ans.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK