Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.
Page d´accueil Artprice
LEADER MONDIAL DE L'INFORMATION SUR LE MARCHE DE L'ART
Inscrivez-vous gratuitement et suivez toute l'actualité de vos artistes favoris avec notre alerte email !

Art Impressionniste et Moderne – forte domination de Sotheby’s sur Christie’s à Londres

[30/06/2015]

 

Une vente historique était annoncée pour Sotheby’s Londres le 24 juin 2015. Avec un résultat final de 282 m$ pour la soirée, cette cession impressionniste et moderne s’érige comme la deuxième meilleure vente de la grande histoire londonienne de Sotheby’s et pour cause, la sélection se trouvait à hauteur des ambitions…

Le menu de cette cession : les pièces maîtresses signées Édouard Manet, Edgar Degas, Gustav Klimt, Pablo Picasso ou Paul Gauguin… ont permis à Sotheby’s d’enterrer très largement la performance réalisée la veille par sa concurrente numéro 1, Christie’s (112,9 m$ le 23 juin pour Christie’s, moins de la moitié du résultat de Sotheby’s). La qualité a fait la différence… Du coté de Sotheby’s, pas moins de 12 œuvres affichaient des attentes supérieures à 10 m£, de quoi nourrir l’appétit féroce du marché très haut de gamme, qui semble impossible à rassasier. Entre raretés convoitées et revente de chef-d’oeuvres, Sotheby’s a fait preuve d’un bel esprit de persuasion pour convaincre les vendeurs. Il faut dire que la période est particulièrement propice pour le marché très haut de gamme : les collectionneurs veulent le meilleur et sont près a payer le meilleur prix pour cela. Qu’ils viennent de Chine du Moyen-Orient, d’Amérique latine ou de Russie, leur demande en chef-d’oeuvres paraît intarissable.

TROIS TROPHEES – Des icônes modernes au plus haut

Kasimir Sevrinovitch MALEVICH : 33 m$ frais inclus pour ce pivot de l’histoire de l’art
En tête d’affiche de la vente, Sotheby’s affichait une toile suprématiste de Kazimir Malevich, Suprematism, 18th construction (1915). Ce type d’oeuvre est introuvable (seules huit toiles sont passées en salles en 15 ans) et celle-ci arrivait de plus directement des héritiers de l’artiste. Ce critère de rareté nourrissait une estimation de 31-47 m$.

Gustav KLIMT : 38,1 m$ frais inclus pour l’un des plus plus portrait de Klimt
Le portrait de Gertrud Loew (1902), qui était attendu entre 19 et 38 m$, a changé de propriétaire pour l’estimation haute, après plus de 10 minutes d’enchères. Cette imposante huile sur toile de 1,5 mètre devient la cinquième œuvre la plus cotée de Klimt aux enchères et la seconde pour un portrait.

Edgar DEGAS : près de 25 m$ pour la plus célèbre sculpture de Degas
La Petite danseuse de quatorze ans était partie pour établir le nouveau record de Degas en trois dimensions dans l’estimation offerte. C’est chose faite, avec un prix frais inclus de 24,96 m$. Le prix a fortement grimper pour cette œuvre emblématique, qui coutait 19 m$ en 2009 (vente Sotheby’s Londres du 3 février 2009). Les héritiers ont fait faire 28 tirages de cette Petite danseuse en bronze, dont 16 se trouvent dans des musées. Il n’en reste donc que 12 pouvant potentiellement assouvir le marché.

LES REVENTES. Exemples impressionnants de plus-values

Édouard MANET – Le Bar aux Folies-Bergère gagne près de 20 millions en 20 ans
Le Bar aux Folies-Bergère (1881) est considéré par certains critiques comme l’étude du testament pictural de Manet. En effet, Le Bar aux Folies-Bergère achevé est la dernière œuvre majeure de l’artiste avant sa mort. L’étude proposée par Sotheby’s avait déjà fait l’objet d’un passage en salle de ventes. C’était en 1994 chez Sotheby’s Londres. Elle partait alors pour 6,1 m$ au marteau. Son prix actualisé est désormais de 26 m$ et elle devient la troisième meilleure enchère de Manet.

Paul GAUGUIN – Natures morte aux mangues gagne 12 millions en 10 ans
La Natures morte aux mangues valait un peu moins de 6,5 m$ frais inclus en 2005 (Sotheby’s, Londres, 20 juin 2005). Cette œuvre magnifique, probablement réalisée lors du premier voyage de Gauguin a Tahiti (1891-93) voit son prix grimper de 12 millions en 10 ans. Il faut préciser d’une part que les œuvres d’une telle puissance sont rarissimes, et rappeler d’autre part que Gauguin est l’artiste plus chèrement payé de la planète, depuis l’annonce d’une vente de gré à gré, à hauteur de 300 m$. Le montant de cette transaction fut révélée au début du mois de février 2015 pour la toile Nafea faa ipoipo (Quand te maries-tu ?), datée du premier séjour de Gauguin à Tahiti.

Fernand LÉGER – La Femme couchée gagne 2 millions en 8 ans
La Femme couchée (1920), un nu tubulaire accompagnée d’une nature morte d’une grande modernité a préparé l’artiste au chef-d’oeuvre intitulé Le Grand déjeuner (1921). Vendue 3,4 m$ frais inclus en 2007 (Sotheby’s, New York), elle est partie cette fois pour 5,3 m$ frais inclus, dans son estimation

Pablo PICASSO – Deux personnages (La Lecture) gagne 22 m$ en 17 ans
Deux personnages (La Lecture), une toile inspirée par Marie-Thérèse Walter en 1934 n’avait pas refait surface aux enchères depuis 1998 (Sotheby’s New York). Elle se payait à l’époque un peu moins de 3,2 m$ frais inclus, une « broutille » aujourd’hui, d’autant que Picasso frappait fort en mai dernier avec Les femmes d’Alger (Version ‘O’) vendue plus de 179 m$ frais inclus (Christie’s New York, 11 mai 2015). Annoncée entre 20 et 28 m$, Deux personnages (La Lecture) part bien dans sa fourchette d’estimation au prix de 25,2 m$ frais inclus.


En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialitÉ OK