Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer les cookies.

Allemagne : Top 10 2012 comparé au top 10 2011

[18/01/2013]

 

Le vendredi, c’est Top ! Un vendredi sur deux, Artprice vous propose un classement d’adjudications par thème. Cette semaine : les dix meilleures enchères frappées en Allemagne en 2011 comparées aux dix de 2012.

L’Allemagne est le berceau de mouvements et d’artistes largement célébrés pas l’histoire de l’art, parmi lesquels Albrecht Dürer, Matthias Grünewald, Lucas Cranach l’Ancien pour le XVIème siècle ; Caspar-David Friedrich, Arnold Böcklin pour le courant romantique du début du XIXème siècle ; Emil Nolde, Kirchner et Kokoschka pour Die Brücke (1906) ; August Mack, Franz Marc réunis autour de Kandinsky et du Der Blau Reiter ; Max Ernst et Hans Bellmer pour le Surréalisme… Comme toute catégorisation nationaliste, il est délicat de définir l’art allemand en s’arrêtant aux frontières actuelles tant celles-ci se sont modifiées au fil de l’Histoire. Avec l’absence d’unité politique et territoriale jusqu’au XIXème siècle, il est plus exact de parler d’art germanique. Aussi pour ces siècles de création, la Suisse alémanique, l’Autriche ou encore les Pays-Bas font généralement partis d’une même entité élargie à une identité linguistique et culturelle commune.
L’art contemporain doit beaucoup aux foyers germaniques qui contribuent à l’élaboration de nombreuses pratiques et de théories sur l’art (souvent d’avant-garde). Actuellement les artistes Allemands vivants s’inscrivent parmi les plus performants en Europe avec les Anglais. Certains se mesurent aisément aux stars américaines ou chinoises en terme de performances en salles.
Face à la notoriété internationale de ces artistes, comment réagit le marché local ? Quelles tendances se sont dessinées en 2011 puis en 2012 ?

Top 10 : les dix meilleures enchères frappées en Allemagne en 2011

Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Hermann Max PECHSTEIN 3881360$ Weib mit Inder auf Teppich (Vorderseite), Früchte II (Rückseite) (1910) 10/12/2011 (Ketterer Kunst GmbH MÜNCHEN)
2 Raden Sjarief Bastaman SALEH 2273600$ In letzer Not (1842) 13/05/2011 (Van Ham Kunstauktionen KÖLN)
3 Emil NOLDE 1611720$ „Sonnenblumenim Abendlicht“ (1943) 24/11/2011 (Villa Grisebach BERLIN)
4 Wassily KANDINSKY 1410255$ „Ringsum“ (1924) 24/11/2011 (Villa Grisebach BERLIN)
5 Max BECKMANN 1343100$ „Elefant und Clownim Stall“ (1944) 24/11/2011 (Villa Grisebach BERLIN)
6 Ernst Ludwig KIRCHNER 1235652$ „Die Violinistin“ (1937) 24/11/2011 (Villa Grisebach BERLIN)
7 Lucio FONTANA 1159644$ “Concetto Spaziale” (1956) 27/05/2011 (Villa Grisebach BERLIN)
8 Ernst Wilhelm NAY 1060650$ “Chromatische Scheiben” (1960) 27/05/2011 (Villa Grisebach BERLIN)
9 Franz PFORR 997297$ Nächtliche Heimkehr (1809) 18/11/2011 (Van Ham Kunstauktionen KÖLN)
10 Max BECKMANN 969336$ Löwenbändiger (Zirkus) (1930) 02/12/2011 (Lempertz KÖLN)

Top 10 : les dix meilleures enchères frappées en Allemagne en 2012

Rang Artiste Adjudication Oeuvre Vente
1 Gerrit DOW 4012152$ Old man in his studio (1649) 12/05/2012 (Lempertz KÖLN)
2 Hendrick AVERCAMP 2003166$ Winter scenery () 12/05/2012 (Lempertz KÖLN)
3 Otto MUELLER 1525150$ Zwei Mädchen (Zwei Mädchenakte in Dreiviertelfigur) (c.1924) 29/11/2012 (Villa Grisebach BERLIN)
4 Johann KÖNIG 925375$ Himmelfahrt christi (1622) 17/11/2012 (Lempertz KÖLN)
5 Otto DIX 840125$ Sonnenaufgang (1913) 29/11/2012 (Villa Grisebach BERLIN)
6 Salomon VAN RUYSDAEL 787558$ Landscape with a farmhouse riverscape with a ferryboat (1634) 12/05/2012 (Lempertz KÖLN)
7 Andy WARHOL 775500$ Friedrich der Große (1986) 29/11/2012 (Villa Grisebach BERLIN)
8 Gabriele MÜNTER 746460$ Am Starnberger See (1908) 31/05/2012 (Villa Grisebach BERLIN)
9 Jan FRIS 735184$ Toebackje (1665) 12/05/2012 (Lempertz KÖLN)
10 Emil NOLDE 710875$ Zwei bärtige Männer (c.1931-1935) 29/11/2012 (Villa Grisebach BERLIN)

 

 

Les places de marché
Berlin et Cologne, sont sans surprise largement en tête des palmarès 2011 et 2012 avec les maisons de ventes Villa Grisebach et Lempertz. Bien qu’elle soit un des principaux pôles économiques du pays, Munich est loin derrière avec une seule enchère frappée en 2011 chez Ketterer. Néanmoins la maison munichoise a réussi le 10 décembre 2011 la belle performance d’emporter en un coup de marteau quelque 3,88 m$ grâce à la vente d’un chef d’œuvre d’Hermann Max PECHSTEIN : Weib mit Inder auf Teppich (Vorderseite), Früchte II (Rückseite). Les artistes allemands sont largement privilégiés sur les deux années. On note cependant l’absence de certains artistes vivants pourtant largement célébrés par la place de marché internationale : Gerhard RICHTER, Anselm KIEFER ou encore Andreas GURSKY manquent à l’appel. C’est en dehors de leur pays d’origine que sont frappés leurs records millionnaires.

2011 : l’Expressionnisme en ligne de mire
Le palmarès 2011 révèle que sur les 10 lots présents, 6 sont des œuvres réalisées dans la première moitié du XXème siècle et se rattachent de près à l’Expressionnisme. Plus qu’un mouvement, l’Expressionnisme correspond à une période charnière, en crise, durant laquelle de multiples domaines artistiques réagissent contre l’académisme et la société d’alors. Visions angoissantes, pessimistes, les artistes de cette période sont hantés par les deux guerres mondiales, leurs menaces puis leurs souvenirs. Ils puisent dans la réalité, la déforment avec une touche agressive et tourmentée, lui ajoutent des couleurs violentes et atteignent une plus grande intensité expressive. Qualifié de « dégénéré » et condamné par les nazis, l’Expressionnisme survivra à l’avènement du régime totalitaire. Cette période riche de l’histoire est particulièrement recherchée par les amateurs du monde entier. L’Allemagne étant le noyau dur, nombre de lots s’y échangent encore et rencontrent, lorsque la qualité est au rendez-vous, des prix records qui concurrencent les ventes de prestige de Londres ou de New-York.
L’association Die Brücke sort en tête du Top grâce aux adjudications de Hermann Max Pechstein, Emil NOLDE et Ernst Ludwig KIRCHNER respectivement au 1ère, 3ème et 6ème places. Max BECKMANN signe, quant à lui, deux beaux résultats grâce à l’adjudication à 1,34 m$ pour Elefant und Clown im Stall et celle à près de 970 000 $ de Löwenbändiger (Zirkus). Néanmoins ces adjudications sont loin de ses ventes records qui sont essentiellement frappées aux États-Unis où il part vivre définitivement en 1947.

2012 : le XVIIème siècle à l’honneur
Tandis que le Top 10 de 2011 n’affichait aucune œuvre datée du XVIIème, 2012 marque un net retour aux maîtres anciens avec la moitié du classement daté XVIIème. Le riche passé culturel du nord de l’Allemagne entre les XVIème et XVIIIème siècles n’est sans doute pas étranger au nombre de pièces maîtresses passées à l’encan en 2012. Ses nombreuses cours princières ont été des lieux de haute culture conservant parmi les plus grandes collections de l’école hollandaise. L’école hollandaise qui fait date pour le XVIIème siècle est ainsi particulièrement célébrée par les enchères records enregistrées en Allemagne en 2012. Élève de Rembrandt, Gerrit DOW est en tête du classement grâce aux 4 m$ adjugés pour la scène d’intérieur Old man in his studio (Lempertz, Cologne, le 12 mai). Le spécialiste des scènes d’hiver, Hendrick AVERCAMP est en 2ème position du top grâce à l’huile sur toile Winter Scenery. En trouvant preneur à 2 m$ chez Lempertz (Cologne, le 12 mai), elle devient également la 2ème plus belle vente pour l’artiste. Quant à Toebackje de Jan FRIS, elle devient le nouveau record en salles pour l’artiste en s’envolant à 735 000 $, soit plus de quatre fois son estimation haute !
Cependant 2012 n’échappe pas à l’affection particulière des collectionneurs pour l’Expressionnisme qui est bien présent avec 4 adjudications attribuées à Otto DIX, Emil Nolde, Gabriele MÜNTER et Otto MUELLER. A la 3ème place, Otto Mueller enregistre grâce aux 1,5 m$ de Zwei mädchen (zwei madchenakte in dreiviertelfigur) sa 3ème plus belle enchère (Villa Grisebach, Berlin, le 29 novembre).

L’analyse des Tops 10 de 2011 et 2012 révèle une place de marché concentrée sur une scène artistique locale. Sur les vingt résultats, seuls deux sont signés par des artistes non germaniques : Luciano Fontana et Andy Warhol ! Même les sonorités exotiques du nom de l’artiste Raden Sjarief B. SALEH, révèlent son lien avec l’Allemagne, puisqu’à cette époque l’Indonésie est une colonie allemande. Sur les deux années, l’Expressionnisme, inébranlable, domine en signant dix des vingt places. Quant au ticket d’entrée, il subit une chute conséquente de 250 000 $ entre 2011 et 2012.

En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence Pour en savoir plus, Charte de confidentialité et de protection des données personnelles OK