Alerte sur le marché de l’art III

[08/10/2003]

 

Trouver sa niche quand le marché s’enterre.

Les collectionneurs sont constamment soumis à un flot important de sollicitations pour dynamiser un marché aujourd’hui atone. Mais à l’heure de la transparence, les chiffres ne trompent pas : le taux d’invendus atteint 37% au cours des six derniers mois et les catalogues de ventes se remplissent de plus en plus difficilement (au 23 septembre, seules 185 ventes de Fine Art ont été annoncées pour octobre 2003. Jour pour jour, en 2002, 263 annonces de ventes avaient été enregistrées).
Qu’il soit acheteur ou vendeur, le collectionneur est plus que jamais frileux (voir ArtMarketInsight du 8 septembre 2003). Pourtant, il existe encore sur le marché de l’art quelques îlots spéculatifs capables de mettre le feu dans les salles des ventes. On a vu au cours de la saison la cote de certains artistes littéralement exploser ! Mais les voies de la réussite sont désormais étroites. Quelles ont été au cours du premier semestre ces niches à forte croissance ?

Tout d’abord, quelques mouvements artistiques en vogue depuis quelques années continuent de progresser en dépit des aléas conjoncturels. Pour l’essentiel, ce sont des segments d’initiés, peu ouverts aux amateurs d’un jour ou aux spéculateurs. On retrouve en outre les peintres rayonnistes (Nathalie GONTCHAROVA a connu une progression des prix significative de plus de 200% depuis le début de l’année) (voir ArtMarketInsight du 29 août 2003), les peintres de l’Ecole de Pont-Aven, certains sculpteurs animaliers (si des artistes aussi renommés que Pompon, Barrye ou Bugatti ont bénéficié de fortes hausses des prix depuis 5 ans, d’autres comme Charles VALTON, Édouard Paul DELABRIERRE ou Hercules Brabazon BRABAZON, sous-évalués jusqu’alors, jouissent enfin de fortes appréciations monétaires).

Ensuite, les expositions ou les événements très médiatiques peuvent être à l’origine de très belles hausses des prix. Parmi les artistes célèbres dont un 100ème ou 150ème anniversaire a été fêté en 2003, Camille PISSARRO (1831 – 1903), Vincent VAN GOGH (1853 – 1890) (voir ArtMarketInsight du 2 avril 2003) et Paul GAUGUIN (1848 – 1903) (voir ArtMarketInsight du 7 octobre 2002) ont vu leur cote presque doubler cette année. Les importantes expositions personnelles sont aussi d’excellents catalyseurs : parmi les hausses de prix les plus significatives entre janvier et juillet, on retrouve Max BECKMANN (+56%) (voir ArtMarketInsight du 5 mai 2003) et Nicolas DE STAËL (+125%) (voir ArtMarketInsight du 24 février 2003). Il faut dire que pour nombre de ces artistes, les progressions de prix sont d’autant plus rapides qu’elles font suite à plusieurs années de baisse.

On assiste enfin à la stimulation des prix et des cotes lors des ventes de prestigieuses collections. Les œuvres fraîches et vernies par l’histoire sont rarissimes. Face à des acheteurs extrêmement sélectifs, ces pièces de qualité s’arrachent lors de ces vacations exceptionnelles et médiatiques. Les dispersions des collections Forbes (19-20 février 2003) (voir ArtMarketInsight du 18 février 2003), Tremmel (5-6 mai 2003), Lefevre-Utile (27 mai 2003), André Breton (7-17 avril 2003) (voir ArtMarketInsight du 18 avril 2003), François Arp (12 juin 2003), Gérald Bauer (22/01/2003) n’ont pas été sans conséquences sur la cote des artistes qu’elles mettent en avant. Hans ARP, Lovis CORINTH, William Powell FRITH, Wifredo LAM, Robert HENRI, Camille PISSARRO, Hermann DISCHLER, Peter DE WINT ou encore Raoul UBAC ont récolté les fruits de ces rendez-vous : au cours du premier semestre, tous ont vu leur cote exploser, parfois les adjudications doublant ou triplant les estimations.

Si certains artistes font l’objet de fortes hausses, d’autres ont subi de violents fléchissements ces derniers mois. Le marché semble déstructuré et les prix ont rarement été aussi instables. Globalement, sur la base des indices des prix enregistrés par Artprice, la volatilité des prix a progressé de 23% au cours du premier semestre ! Dans ces périodes de remise en question et de fortes fluctuations, la juste information sur les prix est un outil déterminant à la survie des affaires.

Dans les méandres du marché, un exemple de cote explosive : Camille Pissaro, dont la National Gallery (Londres) a fêté le 100ème anniversaire de sa mort, connaît au 1er semestre 2003 une forte hausse Indice des prix base 100 en janvier 1997

© Artprice